Etiez-vous au Vigan ce week-end?

Je l’espère pour vous!

D’abord parce que ce festival d’écrivains voyageurs est très gai!

 

Ensuite parce que dimanche matin, nous avions rendez-vous pour un petit déjeuner littéraire avec Hector Herrera.  Hector est le héros d’un film documentaire, Victor Jara n°2547, et un héros tout court.  En effet,  quelques jours après le coup d’état du 11 septembre 1973 au Chili, Hector  est réquisitionné 3 jours à la morgue.  Il se retrouve donc témoin impuissant de la disparition de centaines de cadavres. Mais un matin, parmi des centaines de victimes, il se retrouve face au corps du célèbre chanteur engagé et ambassadeur culturel du président socialiste Salvador Allende : Victor Jara. Pour ne pas qu’il disparaisse comme les autres, il trompe la vigilance de la junte et parvient, au péril de sa vie, à rendre son corps à son épouse et à l’enterrer… légalement.  En 1976, Hector doit s’exiler en France et se retrouve à Nîmes.  Il y vivra quarante ans, se mariera, y fera sa vie.

Samedi matin, Hector était à notre petit déjeuner littéraire, à Lucie Land et moi.  C’est là que nous avons fait connaissance, moi qui ai fait le chemin inverse.  Je suis née à Nîmes et en 1984, au retour de la démocratie en Argentine, mes parents, ma sœur et moi sommes partis vivre en Argentine.  Inutile de vous dire qu’Hector et moi nous sommes très bien entendus…

 

 

Enfin parce qu’il faisait beau et chaud.  Trop chaud pour certains…

Exif_JPEG_420
Partagez :

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *